1200px Sandro botticelli santagostino nello studio 1480 circa dallex coro dei frati umiliati 01

Prière de Saint Augustin, avec le chapelet

Oraison de saint Augustin, très dévote, qui se doit dire à la façon du chapelet, par trente-trois fois et trente-trois jours, étant à genoux pour obtenir grâce.

O très doux Jésus-Christ, vrai Dieu, qui du sein du Père très grand et très puissant avez été envoyé au monde pour nous remettre nos péchés, racheter les affligés, délivrer les prisonniers, rassembler le troupeau dispersé, remettre les pèlerins en grâces, avoir pitié de ceux qui ont le c”ur contrit, consoler ceux qui pleurent et qui sont dans les douleurs ; Seigneur jésus-christ, daigniez délivrer votre serviteur, (votre nom et prénom), de l’affliction dans laquelle je suis : c’est vous, Seigneur, qui avez reçu en garde du Père éternel et tout-puissant le genre humain, et qui par votre bonté admirable, avec votre précieux sang, nous avez mérité le ciel par votre Passion : vous avez fait la paix entre les anges et les hommes ; daignez, Notre-Seigneur Jésus-Christ, vouloir affermir et confirmer la concorde et la paix entre moi et mes ennemis, et répandre sur moi votre grâce, et me faire part abondamment de vos miséricordes ; et daignez adoucir et éteindre toute la haine et la colère que mes ennemis ont contre moi, ainsi que vous avez éteint et changé la haine et la colère d’Esau contre son frère Jacob ; ainsi, mon Seigneur Jésus-Christ, daignez, je vous prie, étendre votre bras et répandre vos grâces sur votre serviteur, (nom et prénom), et éteindre et me délivrer de la haine de tous ceux qui me veulent du mal, et vous, Notre-Seigneur Jésus-Christ, ainsi que vous avez délivré Abraham des mains des Chaldéens, et son fils Isaac de l’immolation du sacrifice par le bélier qui fut immolé pour lui ; et Jacob des mains de son frère Esau ; et Joseph des mains de ses frères ; Noé par l’arche du Déluge ; Loth de la ville de Sodome ; vos serviteurs Moise et Aaron, et le peuple d’Israël de la main de Pharaon et de la servitude d’Egypte ; semblablement Saul de la montagne de Gelboe ; le roi David des mains de Saul et du géant Goliath ; Suzanne du faux crime et des faux témoins ; Judith de la main d’Holoferne ; Daniel de la fosse aux lions ; les trois enfants de la fournaise ardente ; Jonas du ventre de la baleine, et la fille Cananée qui était tourmentée du démon ; et Adam du puits profond de l’enfer, avec votre précieux sang ; et saint Pierre de la mer ; et saint Paul des chaînes et liens : ainsi, très doux Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, daigniez me délivrer, moi qui suit votre serviteur, (votre nom et prénom), et hâtez-vous de me secourir, parce que mes ennemis me font et me veulent faire plusieurs mauvais conseils sur moi. C’est pourquoi, Seigneur Jésus-Christ, daignez faire évanouir leur conseil comme vous avez fait évanouir le conseil d’Achitofel, qui conseilla Absalon contre le roi David, son père. Ainsi, Seigneur Jésus-Christ, fils du Dieu vivant, daignez me délivrer par vos saintes grâces, par votre sainte incarnation, que vous avez reçue comme homme de la vierge Marie, et par votre sainte nativité : par le Père et le Fils ; par le froid et les douleurs, par les travaux et afflictions, par les crachats, par les soufflets, par les fouets, par la boisson du fiel et du vinaigre, par la très cruelle mort de la croix, par les sept paroles que vous avez prononcées sur l’arbre de la croix en vous adressant à Dieu le Père tout-puissant, en disant : Pater, ignosce illis ; nesciunt enim quid faciunt : Mon Père, pardonnez-leur, parce qu’ils ne savent ce qu’ils font. Vous avez dit, Seigneur, au larron qui était en croix : Je vous dis en vérité que vous serez aujourd’hui avec moi dans le Paradis ; vous avez dit, Seigneur, à votre Père : Eli, Eli, lamma sabacthani, qui est interprété : mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonné ! Vous avez dit, Seigneur, à votre Mère : Femme, voilà votre Fils. Ensuite vous avez dit au disciple : Voilà votre Mère, montrant par là que vous aviez soin de vos amis. Vous avez dit Seigneur : J’ai soif, savoir : de la soif du salut des saintes âmes qui étaient dans les limbes : et en désirant notre salut vous avez dit à votre Père, Notre-Seigneur : Entre vos mains je remets mon âme. Vous avez dit, Seigneur : Tout est accompli, nous témoignant que les travaux et les douleurs que vous aviez entrepris pour nous, misérables pécheurs, étaient finis. En vertu de ces maux cruels que vous avez endurés, je vous prie, mon Seigneur et Rédempteur Jésus-Christ, de garder votre serviteur, (votre nom et prénom), de l’esprit malin, et de me préserver de tout péril présent et à venir. Défendez-moi par votre descente aux enfers, par votre résurrection et la fréquente consolation de vos disciples ; par votre admirable ascension ; par la venue du Saint-Esprit ; par le jour terrible du jugement ; par toutes ces choses exaucez-moi, Seigneur, et par tous vos bienfaits, et aussi pat tous les bienfaits qu’il vous a plu me départir, à moi votre serviteur, parce que vous m’avez créé de rien, vous m’avez racheté, et vous m’avez muni et fortifié contre les tentations du démon, nous promettant la vie éternelle à cause de ces choses et de toutes celles que l’”il n’a point vues, ni l’oreille entendues, et n’ont point monté dans le c”ur de l’homme. Je vous prie, très doux Seigneur Jésus-Christ, qu’étant délivré de tous les périls de l’âme et du corps, par votre bonté et miséricorde, à présent et à la fin de ma vie, vous daigniez me conduire et mener, moi qui suis votre serviteur, (votre nom et prénom), à vous Dieu vivant et véritable, Dieu qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *